Entretien des orchidées : conseils et soins

Les Orchidées représentent une très grande famille comptant près de 25000 espèces réparties en plus de 800 genres. Pour bien les gérer, il faut juste connaître leur lieu de développement… Alors, dans le sol, dans l’eau ou agrippées à une autre plante ?

 

Orchidées Terrestres, aquatiques ou épiphytes ?

 

  • Les Orchidées terrestres poussent… en terre, c’est le cas des Cymbidiums, Cypripediums, Dactylorizas, Epipactis ou autres Bletilla. Ces plantes sont vivaces et généralement plutôt très résistantes au froid, elles demandent une exposition allant du soleil à la mi-ombre, et aiment les sols riches.

  • Les Orchidées aquatiques comme Calopogon ou encore Pogonia sont vivaces et doivent avoir les pieds dans l’eau toute l’année, elles requièrent donc une zone humide plutôt acide constituée de tourbe et de sphaigne. L’exposition ensoleillée est parfaite pour elles, ces végétaux ne craignent pas les températures froides, leur culture est très facile.

 

  • Les Orchidées épiphytes, qui dans leur pays d’origine des Tropiques se développent sur une autre plante-hôte comme, par exemple, un arbre, sont  vivaces. Elles sont cultivées chez nous dans un substrat composé essentiellement d’écorces d’arbre, elles sont logiquement gérées en plantes d’intérieur ! La plus plébiscitée du genre est le Phalaenopsis appelé aussi l’Orchidée ‘papillon’ suivi de prêt par Dendrobium ou encore Vanda.

 

Comment prendre soin de son orchidée ?

Une fois l’Orchidée repérée par son mode de développement, les soins seront faciles à mettre en place en fonction de la plante.

Les orchidées terrestres 

La floraison des Orchidées terrestres est en fonction de l’espèce, mais la plupart fleurissent au printemps, plus rarement durant l’été. Certaines préfèrent le plein soleil alors que d’autres vont s’épanouirent à la mi-ombre et du coup, celles du soleil pousseront bien dans un sol drainé alors que celles de l’ombre adoreront avoir les pieds dans un terrain toujours humide mais pas détrempé. L’hiver, la partie aérienne sèche et rentre en dormance, il faut alors veiller à ce que les parties souterraines ne soient pas trop à l’humidité afin d’éviter leur pourrissement. Certaines résistent mieux au froid que d’autres, pour les plus gélives, une culture en pot est conseillée afin d’envisager un hivernage. Un apport d’engrais fleurs et de préférence à libération lente est préconisé pour aider le végétal à se développer sereinement en captant les nutriments qui lui sont nécessaires.

Les orchidées aquatiques

Pour les Orchidées aquatiques, Calopogon et Pogonia se développent au printemps, les fleurs apparaissent en juin-juillet. Une fois leur floraison terminée, le feuillage reste vert quelques mois avant de faner et de disparaître complètement, la plante rentre alors en dormance hivernale. L’une comme l’autre sont des plantes très résistantes au froid et ne demandent aucune protection hivernale.

Les orchidées épiphytes

Les Orchidées épiphytes dont le fameux Phalaenopsis, sont gérées sous nos latitudes en plante d’intérieur puisque leur origine est tropicale. Pour cultiver ces végétaux, le jeu consiste donc à se rapprocher au maximum de leurs conditions originelles, à savoir : vivre accroché à un substrat d’écorce d’arbre, dans une chaleur quasi-constante et hors froid, avec une hygrométrie régulière et surtout dans une ambiance lumineuse vive mais sans soleil direct, rappelez-vous qu’elle vit à l’ombre de sa plante-hôte. Du coup, l’été, il est possible de l’installer au balcon mais à la mi-ombre, et le retour en intérieur est impératif dès la fin de l’été.

Pour profiter au maximum de votre plante épiphyte, placez votre végétal juste derrière le voile de fenêtre. Brumisez le feuillage et les racines grises qui sortent du pot tous les jours avec une eau non calcaire et à température ambiante. Apportez un engrais spécial Orchidée lorsque la plante est en bouton. Rempotez-la tous les 3 ans dans un nouveau pot d’une seule taille plus grande que le précédent et avec exclusivement un terreau d’écorce dédié.

Une fois la hampe défleurie, coupez-la au-dessus du 3ème bourgeon en partant de la base de la plante et reprenez les soins habituels. Si un bébé orchidée pousse dans le substrat de la plante-mère, vous pouvez récupérer ce keiki dès qu’il a plus de 3 feuilles, en veillant à prendre un maximum de ses racines et en le replantant dans un autre pot remplit de terreau d’écorce. Il vous suffit alors de lui prodiguer les mêmes soins que ceux donner à sa mère !

Les Orchidées on les adore… D’ailleurs, on adore tout particulièrement celle dont on déguste avec délectation la gousse, l’Orchidée ‘Vanilla’ !

 

 

 

 

Motte Roland

Par Roland Motte

Expert Jardinier-créateur Roland intervient dans les métiers du jardin depuis plus de 30 ans