Mon jardin

Mon jardin

Un potager en permaculture

Un potager en permaculture

 

Un potager en permaculture, c'est quoi ? Si l'idée du concept du potager est acquis depuis nombre d'années, comment appréhender la permaculture au potager ?

 

Rappel sur la permaculture…

Les principes de base de la permaculture sont simples : préserver l'écosystème, s'appuyer sur les lois de Mère Nature pour favoriser une ‘culture permanente’ où faune, flore et êtres humains vivent en parfaite harmonie, en équilibre, dans un environnement sain et auto-suffisant.

La permaculture entend s’appliquer aussi bien en agriculture, dans la gestion des habitats mais aussi dans les modèles sociaux en s'inspirant toujours du bon sens et de la biodiversité de la nature.

Et donc, un potager en permaculture on fait quoi et comment ?

Les principes de la permaculture sont repris… Ils sont juste remis à l’échelle de votre lopin de terre !

Le potager en permaculture

Et si on commençait par le bon sens en se posant les bonnes questions ? Un potager… C’est quoi finalement ? Un espace où l’on cultive ses légumes, ses herbes fraîches mais aussi ses petits-fruits et ses fruits, non ? Avant, on mettait à part le verger, mais ça, c’était avant ! Aujourd’hui, le garde-manger est plus global, le potager inclut toute la production… Poulailler et ruchers compris.

L'exposition au potager

L’exposition : toutes les plantes, à 90% sont des plantes de soleil. L’exposition de votre potager sera forcément ensoleillée, lumineuse et abritée des vents. Le poulailler pourra être placé avec une partie à l’ombre pour le confort des volailles. Les ruches peuvent être installées un peu plus éloignées du potager, en milieu lumineux et sec mais proches d’un point d’eau, la planche d’envol tournée vers le sud.

Organiser l'architecture de votre potager

Les zones d’activités : privilégiez vos itinéraires naturels puis définissez les zones en sachant que la zone du potager et de la serre est à placer au plus près de la maison, et la plus éloignée est celle de l’espace dédié aux herbes folles.

Sélectionner les plantes et légumes régionaux

Les plantes typiques de la région : listez-les, ce sont les plantes les plus adaptées et qui ne demandent pas d’effort pour bien pousser ! Si vous ne les avez pas déjà en place, vous pourriez avoir envie de les installer.

Selectionner les animaux et insectes régionaux

Les animaux et insectes de la région : la faune est importante dans l’équilibre de la nature, listez-les, il faudra les prendre en compte.

Les herbes folles et sauvages en place

Listez-les et renseignez-vous, certaines sont très intéressantes pour le jardin ou/et la cuisine comme par exemple, l’ortie.

Vos habitudes culinaires 

Listez les plantes que vous voulez consommer et regroupez-les selon leurs besoins en lumière-soleil, et en eau. N’oubliez pas les bons mariages au potager et ceux à éviter, les plantes compagnes ça marche !

Le potager en permaculture

Préparer le sol du jardin

L'idéal serait de faire une analyse de sol afin de connaître la qualité de ce dernier si vous semez ou plantez directement en place. Le principe de la permaculture est de ne pas surtout pas le labourer, on l’aére à l’aide d’une biogriffe.

Surélevés jardins et buttes

La création de buttes ou de tas surélevés de 50 cm permet de ne pas cultiver le sol, ceci pour ne pas en épuiser les éléments nutritifs naturels tout en profitant des bactéries. Préférez créer des petites buttes ou des petits jardinets encadrés de bois de 1m de large sur 2m de long pour pouvoir y planter ou semer et travailler plusieurs rangées de végétaux ! 

Créer une butte-jardinet  

L’idée est de créer un écosystème ! La manière la plus simple est la suivante : creuser un trou de 30 cm de profondeur dans le sol, le remplir de vieilles branches sèches de différentes essences, les recouvrir de branchages de feuilles vertes et déchets végétaux verts mélangés à du compost bien noir, recouvrir le tout avec la terre de jardin retirée, faire un couvert de paille et arroser.

Réaliser un paillage du jardin

Le paillage permet de garder le sol à couvert et aussi l’humidité. On utilise de la paille et on composte les mauvaises herbes sur place. Pour les espaces semés, laissez-les à l’air libre afin de permettre aux graines d’avoir la lumière pour germer.

Faire son compost 

Le compost est un engrais naturel. Vous recyclez les déchets ménagers comme les épluchures de légumes, fruits non cuits, marc de café... avec les déchets verts du jardin comme les mauvaises herbes non montées en graines, les feuilles mortes, le gazon coupé, le broyat. Pour un bon équilibre de votre compost, ajoutez des vieux papiers, du carton ou de la sciure. Il faut la moitié de déchets verts dits ‘mouillés’ et de déchets bruns dits ‘secs’.

Récupérer l’eau

Récupérateur d'eau de pluie

Sans eau point de culture ! Récupérez l'eau des gouttières pour permettre le remplissage de barriques et l'arrosage de votre jardin.

Un jardin en permaculture s’autogère naturellement et les légumes se ressèment souvent à leur gré, il faut juste penser à l’arroser de temps en temps si l’eau du ciel fait défaut. 

Motte Roland

Par Roland Motte

Expert Jardinier-créateur Roland intervient dans les métiers du jardin depuis plus de 30 ans

pdf

chronique de
mon jardin

Découvrez notre outil pour suivre votre jardin simplement

mon espace
  • Je réalise le calendrier de mon jardin

  • Je joue et je gagne des cadeaux

  • Et pleins d'autres nouveaux services à venir

La pause jardin vous propose ses inspirations

SOS plantes malades

Diagnostic insectes et maladies du jardin

Testez-vous

Quel jardinier êtes-vous?

Répondez à nos questions pour découvrir votre profil...