Un jardin bien protégé

Mon jardin

Un jardin sans limaces

Un jardin sans limaces

Ah qu’il est beau mon potager bio ! Il y a tant de choses à manger ! Mais, mais, mais … Malheur! En quelques heures, d’infâmes prédateurs ont dévoré le fruit de vos efforts acharnés. Limaces, loches et escargots se sont donnés le mot et ont profité des conditions favorables (pour eux) et exécrables pour vous pour se repaitre à l’œil (ils en ont 2 paires !) de votre garde-manger. Qu’à cela ne tienne, nous allons étudier ensemble tous les plans d’attaque pour les ÉLIMINER !

Le gastéropode pour les nuls

Vous commencez à être habitués à cette rubrique si vous êtes familier de la Pause Jardin.

Pour vaincre son ennemi il faut tout d’abord le connaître aussi bien que soi !

Sun Tzu, le Maître de guerre chinois nous enseigne que pour vaincre son ennemi il faut tout d’abord le connaître aussi bien que soi. Alors allons-y !

Limaces, loches et escargots sont des gastéropodes (appartenant à l’embranchement des mollusques). Soit le deuxième plus grand groupe animal sur terre après celui des insectes. Là, je dis : respect !

Gastéropode signifie littéralement « viscères dans le pied ». Pour le coup cet ordre animal prête un peu plus à sourire. Quand on sait enfin que le gastéropode possède un seul pied qui, en fonction des espèces, lui sert soit à marcher soit à nager, on commence même à rire. De là à penser que les gastéropodes meurent debout… il n’y a qu’un pas !

Un jardin sans limaces

Nos ennemis gastéropodes se déplacent grâce au muscle de leur pied unique (vers l’avant seulement, n’ayant pas encore trouvé la marche arrière), aidés par un mucus plus ou moins gluant qu’ils répandent sur leur passage pour faciliter leurs déplacements et leur permettre de s’accrocher sur des surfaces verticales.

L'escargot

L’escargot se différencie des limaces et des loches par sa coquille (bien que cela ne soit pas systématique). Il sort lorsque l’humidité est suffisamment élevée accompagnée de températures douces. Il peut vivre entre 3 et 7 ans. Il est hermaphrodite. Il peut, selon ses humeurs, jouer au papa ou à la maman. Il pond ses œufs jusqu’à une fois par mois.

Un jardin sans limaces

 

Il possède un bon coup de fourchette et son alimentation varie selon les espèces : plantes, détritus, cadavres, mais aussi proies qu’il peut chasser ou bien encore il peut faire preuve de cannibalisme… beurk !

 La limace

Facile à distinguer de son « cousin casqué » puisqu’elle n’a pas de coquille. Elle peut avoir plusieurs tailles et coloris (orange, brun, noir…). Elle possède 4 tentacules comme l’escargot : deux pour les yeux, deux pour ses capteurs olfactifs.

Animal vorace de sang froid elle se déplace principalement la nuit. Elle possède le même régime alimentaire que l’escargot (en plus vorace) et sort seulement lorsque les conditions climatiques sont optimales pour elle (humide et doux). Hermaphrodite, la limace peut pondre jusqu’à 500 œufs qu’elle dépose dans un trou creusé dans la terre. Il lui arrive de parcourir jusqu’à 7 m par jour (pour les plus sportives).

 

La loche

 

Escargots, limaces et grosses loches prospèrent dès le printemps et jusqu’en octobre. C’est tout pour aujourd’hui. Passons à l’extermination !

Pour la faire courte, la loche n’est rien d’autre qu’une très grosse limace (dépassant les 10 cm). Mais le terme « loche » est utilisé dans certaines régions pour désigner nos trois compères gluants (comme en Picardie par exemple).

 

Comment lutter efficacement contre les limaces ?

Il existe de nombreuses méthodes pour supprimer ces redoutables destructeurs de jardins.

La lutte dite « naturelle » ou bio :

  • Les prédateurs (insectes, batraciens, oiseaux). Mais ils sont difficilement contrôlables. Next !
  • Les plantes attractives, comme l’œillet d’inde, si elles sont plantées à proximité de vos cultures, dirigeront les limaces vers celles-ci épargnant vos plantes chéries.
  • Les plantes répulsives, comme l’ail, le géranium, l’oignon… créeront une barrière protectrice naturelle.
  • Le paillage de chanvre : les particules fines gènent le déplacement des limaces et limitent donc l'infestation. De plus le paillage stoppe la levée des mauvaises herbes et maintient le sol humide.

Un jardin sans limaces

  • Les poules, mais bon tout le monde n’a pas une poule sous la main.

Les limacides :

  • Sous forme de granulés résistant à la pluie, ils tuent limaces, loches et escargots du jardin lorsque ceux-ci les ingèrent. Contenant un amérisant, ils évitent ainsi que les animaux domestiques ne les mangent par curiosité. Voir Les granulés anti-limaces
  • En appâts composés de phosphate ferrique, matière active naturellement présente dans la nature, ces granulés sont utilisables en agriculture biologique.

 

La lutte de « mémé ». On ne se moque pas de mémé, car elle a plus d’un tour dans son panier. Jugez plutôt :

  • La bière ! Les limaces en raffolent. Placez des coupelles remplies du breuvage au pied de vos plantes. Attirées par le houblon qui ressemble à la chicorée dont elles sont friandes, elles seront dupées et se noieront. Plouf !
  • La cendre, le sable, la craie (ou tout ce qui est poudreux) : sont une excellente entrave naturelle. Les gastéropodes étant gênés, voire arrêtés dans leur élan par cette barrière fort désagréable.
  • Les poils : si vous peignez vos chats et chiens, gardez précieusement leur manteau pour en répandre autour de vos plantes. Les limaces détestent ça.
  • La planche en bois : elle ne les tuera pas, mais si vous la placez au bon endroit, les limaces se réfugieront sous elle pour trouver un gîte confortable à la levée du jour. Au petit matin, tournez la planche face vers le ciel et offrez un festin sans effort à leurs prédateurs naturels (oiseaux, grenouilles, orvets…).
  • La collecte : si vous ne supportez pas de les occire, vous pouvez les chasser un à un en les récoltant dans un récipient puis en allant les jeter au loin, hors de votre jardin (ou dans celui de votre voisin si vous ne l’aimez pas).

« Petit escargooooot, porte sur son dooooos, sa maisonnetteuh. Aussitôt qu’il pleuuuut, il est tout heureuuuux. Il sort sa tête. Paf ! Scratch ! Sproutch ! »

Vous avez, désormais, toutes les armes pour lutter efficacement et obtenir un jardinage optimal.

Et pour vous donner du cœur à l’ouvrage voici une comptine bien connue de nos chères têtes blondes et réadaptée pour la circonstance : « Petit escargooooot, porte sur son dooooos, sa maisonnetteuh. Aussitôt qu’il pleuuuut, il est tout heureuuuux. Il sort sa tête. Paf ! Scratch ! Sproutch ! »

 

pdf

chronique de
mon jardin

Découvrez notre outil pour suivre votre jardin simplement

mon espace
  • Je réalise le calendrier de mon jardin

  • Je joue et je gagne des cadeaux

  • Et pleins d'autres nouveaux services à venir

La pause jardin vous propose ses inspirations

SOS plantes malades

Diagnostic insectes et maladies du jardin

Testez-vous

Quel jardinier êtes-vous?

Répondez à nos questions pour découvrir votre profil...