Un jardin bien équipé

Mon jardin

Les bonnes pratiques et systèmes d'arrosage

Les bonnes pratiques et systèmes d'arrosage

Sans eau, ne cherchez pas, il n’y a pas de vie à attendre sur la Planète Bleue : la Terre, car aucun organisme ne peut vivre sans eau. L’eau a donc une importance capitale pour notre vie dans le sens le plus large du terme et il s’agit même de notre survie et par extension, la survie de tous les êtres vivants sur Terre. Sa gestion est donc une priorité… même au jardin ! 

L'eau ... La Vie !

Les plantes et les animaux, ces organismes vivants qui font nos jardins, nos balconnières, nos potées, ne peuvent donc pas vivre sans eau. En gérant l’eau avec bon sens, chaque protagoniste pourra vivre sa vie en parfaite harmonie.

La moindre gouttelette, la plus petite flaque, la plus fine bruine seront utilisées à bon escient par les uns et les autres en fonction de leurs habitudes et leurs besoins. Seulement, si les animaux peuvent se déplacer pour aller boire à la source, les végétaux, eux, sont statiques !

Et c’est là, que nous autres, les jardiniers, allons devoir gérer tout ce petit monde végétal, et pour éviter de gâcher trop d’eau, voici quelques bons réflexes à adopter !

Les bonnes pratiques et systèmes d'arrosage

L’arrosage : le bon sens au naturel

Avant d’arroser, vérifiez que la météo ne prévoit pas des pluies !

  • Choisissez des plantes peu gourmandes en eau et adaptées au climat de votre région : préférez les espèces locales ou celles qui peuvent s’adapter, respectez leur exposition (soleil, ombre ou mi-ombre) afin de ne pas les fragiliser.
  • Arrosez  en  fonction de la période : le matin, d’octobre à fin mai pour que l’eau pénètre bien dans le substrat avant la froidure de la nuit. Le soir, de juin à septembre pour que les plantes profitent un maximum de l’eau qui ne se sera pas évaporée sous l’action du soleil. Préférez arroser un peu chaque jour, que beaucoup de temps en temps car cela endurcit les plantes et favorise le développement des racines qui vont chercher en profondeur l'humidité dont elles ont besoin. Réduisez les apports d’eau de novembre à février pendant le repos végétatif.
  • Binez : un binage vaut deux arrosages… Avec une binette ou un sarcloir, vous allez ameublir la terre entre les plantes en cassant la croûte terrestre superficielle, ce qui permettra à l’eau de bien pénétrer aux pieds des plantes.
  • Paillez : couvrez de paille, copeaux de bois, mulch de cacao, paillette de lin ou de chanvre, de verre recyclé tous les espaces vides entre les plants. L'eau et l'air pénétreront plus facilement jusqu'aux racines,  ce qui favorisera la croissance des végétaux.
  • Installez des récupérateurs d’eau : l’eau de pluie est préférable à l’eau du robinet car elle est moins froide, moins chlorée, moins calcaire et plus économique ! Adaptez le nombre de récupérateurs ou le volume de celui-ci en fonction de la surface de votre jardin et des pots à arroser. Quand ils sont hors sol, les récupérateurs sont faciles à installer et à gérer. Pensez à mettre le couvercle pour éviter que les feuilles et les insectes ne s’y introduisent mais aussi pour éviter la prolifération d’algues due aux rayons du soleil.

récupérateur d'eau

  • Au balcon, après l’arrosage de vos pots : récupérez l’eau de la soucoupe ! Déjà, car c’est mieux de ne pas laisser l’eau en contact avec les racines de la plante, et  parce que vous pouvez utiliser l’eau récupérée pour vos plantes d’intérieur, par exemple.

 

Quels système d'arrosage ?

Pour mieux gérer l’eau et donc moins la gâcher, vous pouvez adapter les systèmes d’arrosage existants en fonction de vos cultures et de la taille de l’espace à arroser.

  • L’arrosoir : l’arrosage « au goulot » permet de limiter les pertes en eau, et apporte le liquide uniquement aux  pieds des plantes cultivées. En comme il n’y a pas d’aspersion, les herbes indésirables ne pousseront pas et les limaces auront du mal à se déplacer.

arrosoir

  • La bouteille d’eau vissée d’une tête céramique : ce système est idéal pour les plantes qui demandent beaucoup d’eau, comme les tomates, par exemple. Remplissez la bouteille plastique avec de l’eau de pluie et piquez la tête céramique au pied de la tige-mère,  l’alimentation en eau se fera progressivement.
  • Le goutte-à-goutte ou les tuyaux microporeux : ils apportent directement l’eau au pied des plantes d’une manière douce et régulière. Le plus simple est encore d’y adjoindre un programmateur pour une gestion encore plus pointue !  En moyenne, un tuyau microporeux débite, par heure, 9 litres par mètre linéaire alors qu’un goutte-à-goutte, 4 litres.
  • La micro-aspersion ou l’aspersion : permet un arrosage circulaire à différentes hauteurs. C’est idéal pour les grandes surfaces et comme l’aspersion se fait en pluie fine, il n’y a pas de battance, pas de tassement des sols.

Mais encore…

  • Pensez à bien fermer les robinets… Tous les robinets, celui du récupérateur compris ! Surveillez aussi régulièrement les branchements afin de détecter rapidement les fuites.
  • Au jardin, à la terrasse ou au balcon, ne sur-arrosez pas vos végétaux, sinon, les champignons et le pourrissement auront raison d’eux ! Par contre, lorsque vous laissez sécher le terreau ou la terre entre deux apports d’eau, le stress hydrique ressenti par la plante va stimuler sa floraison et son enracinement.

 

En tous cas, ne laissez pas trop longtemps vos végétaux sans eau… car sans eau = sans vie ! 

pdf

chronique de
mon jardin

Découvrez notre outil pour suivre votre jardin simplement

mon espace
  • Je réalise le calendrier de mon jardin

  • Je joue et je gagne des cadeaux

  • Et pleins d'autres nouveaux services à venir

La pause jardin vous propose ses inspirations

SOS plantes malades

Diagnostic insectes et maladies du jardin

Testez-vous

Quel jardinier êtes-vous?

Répondez à nos questions pour découvrir votre profil...