Créer un rosier

Des rosiers, il y en a de toutes sortes, petits, grands, grimpants ; de toutes les couleurs et de parfums très différents… Comment crée-t-on un rosier ?

 

Un rosier nécessite un travail d’artiste…

 

Pour créer un nouveau rosier, on peut dire que c’est un vrai travail d’artiste et d’artisan ! Car il faut plus de 10 ans pour réussir une nouvelle obtention.

Comment ça se passe ?

Déjà, il y a un travail de repérage, une première sélection du pied-mère ou "porteur" qui portera les graines, et du pied-père ou "pollinisateur" qui apportera son pollen. Les techniciens et ingénieurs agronomes repères les sujets intéressants en raison de la couleur des fleurs, de leur forme, du parfum, de la beauté du feuillage ou encore de la résistance aux maladies, au froid....

Etape par étape…

La seconde étape est la fécondation… Et là, c’est un gros gros travail car elle se fait manuellement, elle se pratique souvent d’avril à juillet. Une fois le pied-mère sélectionné, on retire les pétales d’une des roses qui pousse sur le pied, on retire toutes les étamines et à l’aide d’un pinceau, le pollen d’une une rose du pied-père est déposé au cœur de la rose ‘mère’, sur le pistil. La fécondation vient d’avoir lieu et à partir de ce moment, il faut impérativement protéger le bouton porteur avec un cornet en papier pour être certain qu’aucun autre pollen ne va venir interférer dans l’opération.

Créer un rosier : les étapes

Après la fleur, vient le fruit et ce fruit, ce cynorrhodon, comporte de nombreuses petites graines. Ces graines, ce sont tout simplement, les ‘bébés’ du croisement réalisé. A partir de ce moment, les graines sont récupérées et sont semées, en ligne, dans un champ. De ces semis, des rosiers vont voir le jour et chaque pied va être étudié scrupuleusement pour ne garder que les variétés les plus prometteuses, selon les critères de l’obtenteur. Les roses sont ensuite testées sous toutes les latitudes et dans toutes les conditions possibles, on étudie alors le maintien de ses couleurs, sa forme à maturité, son port sur toute une saison, son parfum aux différentes heures de la journée, sa résistance aux maladies du rosier, sa résistance au froid mais aussi à la chaleur, son comportement face aux attaques des insectes ravageurs, son adaptation aux différents climats…

Souvent, sur les milliers d’essais et de tests réalisés, les surprises sont nombreuses car si les qualités du pied-père et du pied-mère sont connues dès le début de la sélection, chaque ‘enfant’ a ses propres qualités et se développe à sa propre manière…  Créer de nouvelles obtentions, c’est avoir souvent de très belles surprises, pour notre plus grand plaisir !

Motte Roland

Par Roland Motte

Expert Jardinier-créateur Roland intervient dans les métiers du jardin depuis plus de 30 ans